« 15 questions à la con (5) | Accueil | L'invité du mardi : "Une Smart-TV pour Noël !" par Nicolas Bry »

Le Club Med renforce sa vision du bonheur en famille à Sinaï Bay

DSC_0077 

Ces quatre derniers jours, j'ai participé au "preview" du nouveau Club Med Sinaï Bay en Egypte à Taba. En général réservé à des journalistes et happy fews, un preview est un test grandeur nature de toutes les prestations d'un hôtel.

 

Le Club Med continue son développement après Yabuli en Chine (un groupe chinois a pris 7% du capital du Club Med avec option pour monter à 10% dans les 18 mois), c'est au tour de l'Égypte d'augmenter le nombre de villages du voyagiste français.

 

Donc Sinaï Bay. Un 4 tridents avec un espace 5 tridents appelé l'Oasis.

 

La première chose qui interpelle dans ce nouveau "resort" est la beauté du lieu : seul hôtel des environs à bénéficier d'une crique privée, ce village s'anime en quartiers et en couleurs : Le Spa (couleur prune) des Cinq Mondes, le fitness (rouge brique), l'Oasis (blanc), la plage et enfin, comme dans tous les clubs, le bâtiment principal (rouge oranger) qui renferme le restaurant, la piscine principale (il y en a d'autres dans chaque quartier), le théâtre ainsi qu'un bar central.

 

Le décor est planté, entrons dans les détails.

 

La chambre. Grand lit pour deux, espace salle de bain avec douche, deux lavabos, canapé, terrasse avec vue, télévision et mini-bar. Il me manquait : le wifi (enfin... bien situé, je pouvais attraper celui du bâtiment principal...) et une baignoire (que l'on retrouve dans la partie 5 tridents). La chambre est confortable, nous sommes très loin des cases non climatisées.

 

L'Oasis est la partie haut de gamme de l'offre de Sinaï Bay. Complètement intégrée dans le club, il faut savoir qu'elle est là pour voir cette partie privative. De l'autre coté, ceux qui veulent en bénéficier sont isolés de la foule notamment avec leur terrasse panoramique. Cette volonté de développer des parties "luxe" pour le Club Med confirme la volonté de son Président Henri Giscard d'Estaing (qui a des mimiques de chameau mâchant un caramel mou quand il parle anglais...) de tourner le dos aux années "Les Bronzés" avec tout son cortège de bruit et de vacarme qui faisait fuir (et moi le premier) une certaine clientèle plus encline à des vacances régénérantes.

 

Dans l'Oasis, ce ne sont pas des chambres, mais des suites sur trois niveaux qui peuvent accueillir une famille avec deux enfants. J'ai trouvé le lieu à la mesure, voire au-dessus des lieux que j'ai déjà visités au Club Med comme le Riad à Marrakech. 

 

Quelques photos (L'Oasis) :

 

DSC_0057 DSC_0059 DSC_0058

DSC_0060 DSC_0062

DSC_0072

 

Côté service et équipe GO, je n'ai pas noté d'éléments particuliers à Sinaï Bay. Quand c'est ainsi, c'est que tout va bien sans pour autant être extraordinaire. D'un autre coté, comme il y avait beaucoup de journalistes lors de ce preview, il faut croire que le briefing a dû être très serré... Mais peu importe, la qualité était là, c'est l'essentiel.

 

J'ai testé le SPA. Un massage à la balinaise. Je ne suis pas un fan des SPA Cinq Mondes que je trouve, c'est la rançon du succès, un peu trop industriels dans leur approche qu'on retrouve dans cet immonde thé Lipton servi à la fin de la séance. L'architecture du bâtiment est plus intéressante que sa décoration qui mériterait sans doute un travail plus soigné. Ah... Le massage s'est bien passé.

 

J'ai testé l'excursion aussi. Pas très adepte de ce genre de déplacement de foule, j'ai rangé mon coté autiste pour un trajet au travers des conflits. La Mer Rouge est une mer qui touche les côtes d'Israël, de la Jordanie, de l'Arabie Saoudite et de l'Égypte. Après la traversée en vedette rapide, deux heures et demi de car pour atteindre Petra. Sublime. La splendeur du lieu m'a fait oublier le chemin de l'aller, du retour et le monde sur place. 

 

Quelques photos (Petra) :

 

DSC_0085 DSC_0088

 

Dans cette excursion, je retiens tout de même l'angélisme avec lequel notre guide nous parle de son pays en oubliant que, pour notre sécurité, bien sûr, un policier est assis au devant du car. En fin de parcours, il nous incite à être les ambassadeurs de son pays. Un pays islamiste très policier ne l'oublions pas... 

 

En somme, le nouveau volet de la campagne de communication de l'agence Publicis et Nous axée sur "se retrouver au Club Med" où l'on voit des gens heureux (idest : on ne se perd pas au club med, les couples peuvent vivre sans contrainte et les familles ensemble), ne survend pas la prestation. Que l'on soit dans l'Oasis ou dans le reste du club, Sinaï Bay est adapté aux couples comme aux familles. Les célibataires, vous serez loin de l'ambiance de Kermer...

 

Côté prix, bien sûr, ce n'est pas à la portée de toutes les bourses, mais l'idée que pour 1600 euros par personne (hors Oasis) pour une semaine (coût moyen) tout soit compris, me va.

 

Enfin, un regret, j'attends avec impatience l'évolution dans la communication du Club Med pour permettre à plusieurs blogueurs de participer à ce genre d'événement afin que le consommateur raconte sa vérité, plutôt que le journaliste son objectivité...

 

Quelques photos encore (conférence de presse avec Henri Giscard d'Estaing, CEO, et Anne Yannic n°2, terrasse privée et une autre piscine) :

 

DSC_0003 DSC_0030 DSC_0025 DSC_0034

06/12/2010

TrackBack

URL de trackback pour cette note :
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c5abc53ef0148c66cb217970c

Ci-dessous la liste des blogs faisant référence à la note Le Club Med renforce sa vision du bonheur en famille à Sinaï Bay:

Commentaires