« 5 liens pour le week end (48) | Accueil | Happy Roses... de la Rose colorée »

Mary et max de Adam Elliot... que des prénoms, forcément proche !

Mary2

Avant de recevoir l'invitation à la projection blogueurs de Gaumont, je n'avais pas entendu parlé de Mary et Max de Adam Elliot (oscarisé pour un court métrage d'animation...). Enfin, à peine, je suis ce qui se passe à Sundance. Après avoir regardé la bande annonce, je suis devenu impatient.

Donc le film. C'est l'histoire d'une petite fille de 8 ans qui décide d'avoir une relation épistolaire avec un parfait inconnu. Ils se construisent et se détruisent en parallèle sans jamais se voir sur plus de 20 ans. Ils deviennent progressivement les deux piliers d'une maison trait d'union par delà les océans. Mary est en Australie, Max pourrait être son père et vit à New York. Bande annonce :

Ce film d'animation m'a touché.

Image 7

Bien sur il y a quelques longueurs, infimes, quelques redondances, rares, mais il y a surtout une jolie histoire qui nous fait entrer dans la notre avec ce travail sur les détails qui fait tout le charme d'un film d'animation. Je n'ai pas besoin de dire un mot sur l'exécution technique tellement elle est parfaitement réalisée... On oublie très vite que ce n'est que de la pâte à modeler pour un projet qui aura pris 5 ans avant d'arriver sur nos écrans...

Ce film, Mary et Max de Adam Elliot, m'a touché parce qu'il ne tombe pas dans la facilité hollywoodienne, il creuse davantage dans l'âme humaine, il va chercher, sans prise de tête, l'émotion sincère, réelle et fraternelle entre deux êtres que tout sépare.

Ce film qui sort le 30 septembre prochain dans toutes les bonnes salles de cinéma, je le déconseillerai aux enfants, et le recommanderai sans la moindre réserve aux grands enfants.

Mary_et_max_haut

25/09/2009

TrackBack

URL de trackback pour cette note :
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c5abc53ef0120a59760b8970b

Ci-dessous la liste des blogs faisant référence à la note Mary et max de Adam Elliot... que des prénoms, forcément proche !:

Commentaires